Appli-jardin

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche, février 5 2012

DÉPRESSION AU DESSUS DU JARDIN...D'EDEN

J'ai parfois le sentiment que tout notre travail est vain.
Au lieu de se servir de la nature telle qu'elle est, en en préservant les richesses infinies et gratuites, une vague d'humanoïdes la détruit inexorablement tout en tentant de la remplacer, en même temps, mais à leur manière, avec ce présupposé que la précédente nature était imparfaite, et qu'il fallait l'améliorer. sous entendant peut être que ce qui était imparfait fut la gratuité..
Est ce pour maintenir et verrouiller un pouvoir occulte?. Comment en sont ils arrivés à une telle arrogance?

N__0012-2-Coq.jpg

On mange trop de viande, on en gaspille trop. On nourrit les cochons, les vaches en soja et maïs, alors que cela ne convient pas à l'animal, tel qu'il est constitué. Cela provoque une pollution par rejet de phosphore, de méthane. Pas de problème, on va créer un animal de laboratoire en modifiant ces gènes pour que cela ne se produise pas, puis on va fabriquer cet animal en série dans des usines.

Idem pour le saumon. pourquoi lui ? Il y a un marché très juteux, suffisamment pour que des subventions énormes soient accordées à des chercheurs pour parvenir à le faire grossir plus vite, en modifiant son ADN grace à celui d'une anguille. Il faut aussi rendre les poissons produits stériles et ensuite construire des usines à terre pour en fabriquer.

N__0012-7-OGM.jpg
Partout ou ce type de manipulation existent on trouvera ce mot : STÉRILE.

Car la dissémination, la barrière des espèces provoquera des réactions en chaîne, inconnues! Le danger est bien réel!
En vérité on connait déjà le résultat.

De la même manière que le cancer et le cortège des maladies modernes touchera bientôt toute la population, les mutations génétiques se multiplieront.

On se demande qui de la fiction ou de la réalité précède l'autre. On se demande qui a raison. Enfin quand je dis "on", je parle des gens qui se posent des questions car ils ont un vague sentiment que ceci n’amènera rien de bon pour eux.
Il y en a par contre qui ne s'en pose pas, aveuglés, obnubilés par un Graal qui réapparaît partout, suintant ici, affleurant là, en écho ailleurs...Pas la peine de le nom mé.

la suite

dimanche, janvier 22 2012

DES OGMs DANS LE LOCALBIOBAG

<br />
Ce qui est déplorable dans l'attitude de ce gouvernement et des agriculteurs concernés, qui ne sont pas des agriculteurs mais des industriels, est l'absence total de scrupule.

Le probleme n'est pas tant les dangers pour l'environnement que le danger pour les autres cultures.
Le vrai problème est la contamination croisée et ils le savent tellement que leur seule réponse est législative, en abaissant les critères.
La nature, elle n'a que faire de ces critères!! les apiculteurs mourront avec leurs abeilles.

Pour un agriculteur bio qui préfère préserver la nature et surtout l'équilibre de son fonctionnement, la sentence sera immédiate, on le voit déjà avec les semences F1, dont le rendement est médiocre sans le recours aux engrais et autres pesticides. Contaminés par les ogm alentours, leur rendement tombera si ce n'est pas leur label qui sera opposé. La encore une seule voie sera possible, le monde de monsanto! voila le DANGER, irréparable!

"La politique européenne repose sur le principe que les acteurs non-OGM de l’industrie alimentaire doivent payer toutes les mesures nécessaires pour s’assurer que leurs productions restent sans OGM."


Evidemment les coûts sont colossaux, ces gens qui fabriquent les ogms et leurs complices, cupides, qui les exploitent le savent bien et n'auront plus qu'à récolter les champs laissés vacants par le dépôt de bilan des autres. C'est tellement immonde en soi, comme manière de penser que cela mériterait le moratoire.

quoi faire
comment se débarrasser de cette gangrène?

faut il sanctuariser la France pour ne pas recommencer les erreurs des années 50 qui ont marqué les débuts du déclin de l'agriculture française (je ne parle pas des industriels, qui ne pourraient se vanter de leurs succès si ils n'avaient été massivement subventionnés par les citoyens, sans même que ceux ci ne s'en rendent compte), mais au contraire s'engager dans la voie du renouveau en respectant les fondamentaux et les lois naturelles car elles, sont durables et infinies et ne sont pas des arnaques.

vendredi, avril 15 2011

LE GENE N'EXPLIQUE PAS TOUT

OGM : Semences de Destruction: l'arme de la faim

pesticides1-300x202.jpg merci a eux pour cet leur vigilence

Comme d'autres chercheurs ayant une expertise différente sur les OGM, comme Christian Velot avant lui, Gilles-Eric Séralini, professeur à l'Université de Caen, et président du Conseil scientifique du CRIIGEN (Comité de Recherche et d'Information Indépendantes sur le Génie Génétique) fait l'objet d'une campagne de dénigrement et de pressions extrêmement violentes, de la part de Monsanto et de l'EFSA bien sûr mais également d'une certaine frange de la communauté scientifique.

Cette campagne de dénigrement et de pressions s'est accentué en particulier depuis la publication fin 2009 (avec Dominique Cellier et Joël Spiroux de Vendomois), d'une contre-expertise des données fournies par Monsanto concernant 3 maïs OGM, et la réalisation, pour la Cour Suprême de l'Inde, d'expertises sur une aubergine GM ayant conduit le gouvernement indien à mettre en place un moratoire sur la culture de cet OGM.

Il ne fait pas bon dans le monde scientifique d'aller à l'encontre des expertises des multinationales des biotechnologies comme Monsanto !

Comme pour le chercheur Christian Velot, dont le poste avait été mis en danger en 2008, il faut que les citoyens se mobilisent pour le respect de la controverse scientifique et de l’expertise contradictoire. La Confédération paysanne soutient la création d' un statut de protection des lanceurs d'alerte.

La Confédération paysanne soutient la pétition mise en place par la Fondation Sciences citoyennes et le réseau ENSSER (European Network of Scientists for Social and Environmental Responsability) pour soutenir Gilles-Eric Séralini pour défendre la contreverse scientifique et l'expertise contradictoire. Signez et faites signer la pétition ici Par ailleurs, une manifestation de soutien se déroulera le 23 novembre, lors du procès intenté par G E Séralini pour diffamation à l'encontre de Marc Fellous (ex-président de la CGB) et l'AFBV (Association Françaises des Biotechnologies Végétales).

Tandis que partout dans les pays où ils sont imposés et où la justice s'exprime les protestations s'élèvent. CONDAMNATION DES OGMS POUR CONTAMINATION

dimanche, septembre 19 2010

QUI EST CONTRE LA BIODIVERSITE


extrait de çà
La vie confisquée

Jean-Pierre Berlan, chercheur à l'I.N.R.A et grand pourfendeur d'O.G.M., a coutume d'évoquer les marchands de chandelles jaloux du soleil, qui auraient fait de bien plus gros bénéfices s'ils avaient pu empêcher celui-ci de briller. Mais le soleil est incontrôlable et imbrevetable, ce qui n'est pas le cas des semences dont ont besoin agriculteurs et jardiniers. Et donc, depuis maintenant un bon siècle, les semenciers s'efforcent de contrôler le marché des graines, et de proposer à leurs clients des produits permettant en principe d'obtenir une meilleure qualité et de meilleurs rendements, l'idéal étant pour eux que le paysan soit obligé chaque année de racheter son stock de semences. Avec l'apparition des hybrides, le maïs leur a permis de réaliser en partie leur rêve. Le développement des O.G.M. serait pour eux le sommet du bonheur : des graines toutes brevetées, avec interdiction pour le paysan de les replanter après la récolte, vendues en "package" avec l'herbicide auquel la plante génétiquement modifiée est censée résister, des silos appartenant à la même société qui se chargera de commercialiser les produits, tel est le modèle dont rêvent les apprentis sorciers de l'agriculture industrielle. Ce modèle est déjà largement mis en place en Amérique du Nord, mais pour l'instant l'Europe fait de la résistance, les mouvements citoyens étant pour une bonne part responsables de cette résistance.

La pieuvre Limagrain

Dans la liste des plus grands groupes semenciers mondiaux, Limagrain occupe une place particulière par son statut de groupe coopératif. Au départ, la "Coopérative de production et de vente de semences sélectionnées du Massif Central", fondée en 1942 en Auvergne, avait pour objectif de produire ses propres semences de blé dans un contexte de guerre rendant difficile tout approvisionnement. En 1965, la coopérative décide de se spécialiser dans le maïs semence et d'investir dans la recherche, en collaboration avec l'I.N.R.A. Elle prend alors le nom de Limagrain (les grains de Limagnes). Son siège se trouve à Chappes, non loin de Clermont-Ferrand, et le groupe comporte 600 adhérents, tous agriculteurs sur les terres de Limagnes.

Les O.G.M. en Amérique du Nord : premier bilan

La Fédération Nationale d'Agriculture Biologique des régions de France (FNAB) et Greenpeace, qualifient d' "accablant "ce rapport qui porte sur plus de six années de cultures OGM aux Etats Unis et au Canada : " Rendements décevants ; épandage massif d'herbicides, dont l'atrazine, un herbicide toxique dont l'usage est censé être rendu inutile par les OGM ; apparition de résistances simultanées à 3 molécules herbicides chez les adventices ("mauvaises herbes") ; dégâts des pyrales du maïs remplacés par ceux d'autres insectes (…en attendant une résistance à la molécule Bt contenue dans les maïs insecticides) ; effets "secondaires" totalement imprévus et dommageables aux paysans ; pertes de marché et prix bas pour les producteurs ; impossibilité de se fournir en variétés non contaminées ; impossibilité de maintenir des filières sans OGM."

vendredi, juillet 30 2010

GMO

Que des gens souhaitent faire des profits toujours plus importants sur le dos de ceux qui n'ont pas cette prétention est une réalité difficilement contestable, quand a s'arrogent le droit de polluer l'environnement de b celà devrait être, au moins, inacceptable. Et pourtant non!!

voici un article super intéressant.

Dans une plante génétiquement modifiée (GM) un "morceau d’information" d’un autre être vivant a été introduit : gène d’autre plante, de bactérie… Et on pense généralement, que si ce gène ne provoque pas de problème de santé quand il appartient à la plante donneuse, il n’a pas de conséquences, quand un homme, ou un animal absorbe la plante receveuse.
C’est une erreur. Car, en réaction à ce bouleversement, la plante réagit, par une modification de ses protéines. Il n’y a pas "équivalence en substance" entre une plante normale et une plante GM 1.La recombinaison génétique peut même réactiver des toxines, qui étaient bloquées dans la plante d’origine. 7
Par ailleurs, des plantes GM, cultivées en plein champ, contaminent les autres plantes sans difficulté : car les plantes "terminator" ne rendent pas les pollens inactifs. La culture d’OGM en plein champ a pour conséquence de rendre inter-fécondables des plantes qui ne l’étaient pas. Les compagnies d’assurance le savent. Elles refusent de couvrir le risque de contamination croisée, qu’elles considèrent comme certain 2.