Appli-jardin

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi, mars 22 2012

RAITA DE RADIS NOIRS

RADIS NOIRS
bouchon-purge-inox-316-l-5230-pmod1.jpg
(recopié de )Traditionnellement, c'est le jus (ou suc) de la racine, fraîchement pressé, qu'on emploie à des fins médicinales. Mais il existe aussi dans le commerce des extraits liquides, le plus souvent vendus en ampoules buvables. On trouve également des produits qui renferment, en plus du radis noir, des plantes comme l'artichaut, le chardon-Marie et le boldo. Ces dernières agissent aussi sur le système digestif, notamment sur le foie et la vésicule biliaire.

RAITA
Merci camille pour cette recette que je vais essayer ce WE

Ingrédients :

200 g de betterave crue ou radis noir ou carotte ou concombre

1-2 echalotes

1 pot de yaourt nature

1 c à s de jus de citron

1 c à c de sucre de canne

1 c à s de beurre clarifié

½ c à c de graines de moutarde noires
½ c à c de graines de cumin
Feuilles de coriandre
Sel & Poivre
Instructions :
-Râper finement la betterave crue (ou le radis noir ou carotte ou concombre) et ciseler les échalotes.
-Ajouter le yaourt + jus de citron + sucre + sel + poivre + coriandre fraiche ciselée.
-Tempérer les épices: chauffer le beurre clarifié puis jeter les graines de moutarde, dès qu'elles crépitent ajouter le cumin, stopper la cuisson dès que le cumin crépite et brunit.
-Verser les épices (ou tarka) sur le raïta et réserver au frais.

samedi, août 13 2011

C QUOI LA BIO-DYNAMIE ? TONTON

Ce texte est issu de ce livre
terroir-vigneron.jpg
Je le reproduis car ce qui s'est passé dans le vin, s'est passé dans toutes les sphères de l'agriculture et peut être même à l'échelle de toute l'activité humaine, médecine en tête.

Nicolas Joly fut un des premiers vignerons français à épingler la grave dérive de la viticulture française vers le tout chimique. Donc l'abandon des grands principes qui avait permis aux terroirs de France d'être les meilleurs au monde.
Il est un des premiers a reconvertir totalement sont vignobles en cultures bio-dynamique, la méthode qui va le plus loin dans le retour aux methodes biologique de culture, qui s'esquisse un peu partout dans le monde .
Il est l'auteur de nombreux articles et ouvrages dont le vin le ciel la terre rapidement devenu une référence internationale.


18797-2011-05-cinema-quetigny-projection-du-film-la-clef-des-terroirs-sur-le-vin-en-biodynamie-1-.jpg Dans les années trente, en créant les A.O.C. on a montré que l'on avait compris que dans un milieu précis , sols et micro climat, un cépage particulier donnait un gout original, quasiment inimitable, d'ailleurs protéger ce goût pour le consommateur était un idée géniale.
70 ans plus tard, cette création est hélas en grande partie détruite du fait d'une agriculture sur laquelle à l'époque, personne n'avait pensé à légiférer.
Regardons d'abord pas à pas les étapes de cette destruction, sinon totale, du moins partielle.

En 2 à 3 jours ils pourront accomplir le travail de trois à 4 mois. Quand on sait la fatigue que peut représenter un travail de sol sur les coteaux, on comprend que la tentation est grande de l'essayer. On prends soin, bien sur de ne pas dire aux viticulteurs qu'une grande partie de la faune microbes, bactéries, champignons, insectes) si indispensable à la vie des sols sera progressivement détruite. Quand on sait qu'une racine ne peut se nourrir d'un sol que par ces agents vivants et qui chacun d'entre eux relient la plante au sol d'une manière chaque fois différente selon leurs espèces, quand on sait egalement que la chaleur, la luminosité, l'hydrométrie et la géologie , génèrent sous terre des agents vivants toujours différents, on comprend mieux ce qu'est l'effet de terroir.

hélas, on comprend mieux aussi comment ce désherbant va progressivement les détruire et entrainer une grande partie de la viticulture française dans une suite de drame qualitatif.

5 à 10 ans après l'introduction des désherbants, la croissance gratuite que donnait chaque terroir depuis des millénaires était ainsi anéanti et les vendeurs pouvaient désormais proposer une nouvelle source de croissance assez peu utilisée jusqu'à là : l'engrais chimique.

On allait plus nourrir les sols mais les vignes, comme d'une piqure intraveineuse!!

Que sont ils ces engrais chimiques?
Des sel!!
Quand vous absorbez du sel en trop grande quantité, vous avez soif, et pour compenser cette salinité et rétablir un équilibre, vous devez boire.
C'est ce que doit faire la vigne qui reçoit des sels et qui , en buvant en excès, fait un supplément de croissance!!
Les ménagères qui ont déjà vu leur gros choux acheté au poids fondre dans leurs casseroles, connaissent ce phénomène!! Une croissance ainsi obtenue est bien sur étrangère à celle supposée par les appellations.
De plus ces sels rendent les sols sourds aux rythmes de l'année : passé le solstice d'été, où les forces solaires culminent sur terre, la vigne ne doit plus trop pousser vers l'extérieur pour occuper l'espace, mais au contraire , à l'image du soleil déclinant dans le ciel, puisque les jours raccourcissent, commencer à se rétracter dans sa graine, dans son fruit.
En apportant en juillet et en aout des forces artificielles de croissance que les pluies n'ont pas consommé plus tôt , on crée un courant contraire à celui que la nature impose aux vignes et il en résulte naturellement une tendance à l'éclatement, donc à la pourriture; une pourriture qui a bien sur généré le nouveau et énorme marché des anti-pourritures car tout déséquilibre en amène un autre. En sus, les vignes affaiblis par tant d'incompréhension, sont plus faibles et plus sujettes aux maladies. De ce fait, les produits classiques de traitement, dit de contact, qui restaient l’extérieure de la plante, sur ces feuilles, sans interférer avec sa sève, ont été abandonnés pour manque d’efficacité. Où on les a remplacé par des systémiques. Grâce à ces nouvelles inventions, en 1à 2 heures ces redoutables molécules sont absorbées par la sève et vont dans le futur fruit où on peut les retrouver sous forme de résidu.

Tout le métabolisme de la vigne, affecté par ces produits, change sa relation au soleil, sa photosynthèse et sa capacité à faire des gouts, des arômes!! loin de guérir les vignes de leurs maladies, par des pratiques saines, on interdit simplement la manifestation des symptômes de la maladie et on génèrent secrètement l'apparition de nouvelles maladies virales bien plus dangereuses, mais... qui aboutiront à d'autres marchés.

De tout cela il résulte que la vendange a perdu son goût, et que la technologie est venue pour le reconstituer artificiellement. Les enzymes arrachent les couleurs que les pulpes donnaient. Les levures indigènes marquées par l'année sont remplacées par 300 levures aromatiques qui offrent une panoplie de goûts aussi réels qu'artificiels. Les clients innocents s'extasient devant le parfum flatteur de la framboise, de la violette, de la fraise, fabriqués en usines.
Les viticulteurs authentiques qui n'ont pas recours à ces artifices, sont en dégustation, hélas, souvent dépassés par ceux qui maquillent. Le potentiel de vieillissement est affecté, bien sur.
Enfin les vins étrangers qui ont la même technologie, et souvent des couts de productions infiniment plus bas, prennent la place des vins A.O.C : on ne parle que de goûts de cépage et plus de goûts de lieu. Les A.O.C. ont perdu leur lustre.
Heureusement de plus en plus de viticulteurs attachés à la vérité du site qu'ils habitent et qu'ils souhaitent faire passer dans leurs bouteilles, on pris conscience du piège dans lequel un faux savoir les avait enfermés et réagissent de plus en plus vite pour proposer une autre agriculture.
Il faut comprendre que les goûts, les couleurs, les arômes, c'est de la lumière, de la chaleur, que la vigne a transformé en matière par photosynthèse. Le devoir du viticulteur est de découvrir les manières dont la vie s'incarne au printemps dans la matière : passé l'équinoxe, les jours sont plus longs que les nuits, les lois solaires prennent le dessus sur les lois terrestres; la matière est dominée par cette energie subtile et obéit à d'autres lois. C'est cela qui permet l'ascension de chaque plante vers le soleil momentanément libérés des lois terrestres et de la gravité. C'est une multiplicité de formes végétales que l'on voit apparaitre au printemps dans les innombrables espèces de plantes qui nous entourent. Certaines plus liées à la lumière montrent de formidables capacités florales. D'autres plus liées à la chaleur se concentrent vers les forces de fructifications et vont générer plus tard les graines en abondance. D'autres encore, plus liées à l'eau se tournent vers une activité foliaires intenses. Chacun offre une originalité, qui peut être , si on sait la reconnaitre, bénéfique aux viticulteurs pour soigner les vignes par des tisanes appropriées. L'ortie qui fait circuler la sève en cas de sècheresse; la valériane pleine de phosphore qui réchauffe en cas de froid trop prononcé; les cynorhodons-la plus haute concentration en vitamines C- qui sert comme anti-oxydant contre les maladies cryptogamiques...etc etc.Ces exemples nombreux mènent à la compréhension des plantes médicales et aux savoirs des botanistes du moyen-age comme Hildegard de Bingen, culpepper etc...

tous ceci est gratuit, non polluant et à la portée de notre main.

Le viticulteur de demain doit, comme un chef d'orchestre, reconnaitre toutes ces qualités et en tirer le meilleur parti pour aider la vigne à donner le meilleur d'elle même, par les forces de la nature et non contre elle.
C'est en augmentant les forces de santé de la vigne qu'on peut l'affranchir de la maladie et non en l'inondant de produits qui, en détruisant les agents pathogènes, détruisent en même la vie et l'expression même des A.O.C.
C'est à cela que s'emploie la bio-dynamie, forme avancée de la biologie. Loin de laisser la nature agir, elle va chercher des interférences, des complémentarités entre les règnes minéraux et animaux pour renforcer la descente dans la terre des forces de la vie;
La beauté, l'élégance, la finesse ne se mesure pas en gramme, les sympathies et les antipathies non plus.
Nos machines n'ont pas accès à ces harmonies.
Les ondes qui nous permettent de communiquer avec quelqu'un à des milliers de kilomètres n'ont pas de poids, mais sont bel et bien existantes. c'est dans ce monde qualitatif, énergétique, bien réel et qui génère la vie que la biodynamie puise ces forces d'actions.
La vie n'est pas un automatisme, ni une mécanique. Elle est sensible et peut se révéler plus ou moins dans le contexte que créer le viticulteur. Quand les actes agricoles ont été justes, le travail de cave est réduit à sa plus simple expression. Tous ces principes vivants agissent par eux même en temps voulu et sans précipitation.
La technologie et les flatteries perdent alors leurs sens.
C'est de cette compréhension que la richesse en A.O.C peut renaitre. Il y a dans notre pays tellement de magnifiques coins à vigne, véritables instruments de musique qui attentent simplement le retour de leurs musiciens !

Le LOCALBIOBAG distribuant des légumes vivants produits en bio-dynamie, est tout à fait d'accord.

jeudi, janvier 20 2011

2 NOUVEAUX SPOTS POUR LE LOCALBIOBAG

Le LBB est maintenant disponible dans le 17eme arrondissement de Paris.gda.png GDA_com_presse_version_lisible.pdf
Le principe est toujours le même. Envoyer moi un mail pour recevoir la proposition sans oublier de préciser le lieu de dépôt. Payer votre LBB sur place.

60, rue des Dames 75017 Paris
Contact : Fabienne Bantigny
téléphone : +33(0)1 42 94 87 90
mail : fabienne.bantigny@free.fr

Il est disponible sur l'Ile Saint Louis
Au restaurant le Bougnat
bandeau_accueil.jpg

vendredi, octobre 1 2010

LOCALBIOBAG 1 OCTOBRE 2010

Le panier

1kg de pomme de terre 'agatha', 1 botte de poirée (blette), 1kg de courgettes (c'est les dernières), 1 potimarron, 1kg de tomate rondes (c'est aussi les dernières), 150g de roquettes cultivée.

Le blog recelle de renseignements nutritifs sur les légumes proposés. Il faut savoir que nos légumes tournent dans le bon sens... Votre corps s'en souviendra comme d'un bon souvenir.