Je reprends du facebook de Michel.Tarrier, le petit commentaire qui suit sur le bio industriel facon grande surface. Voila, en effet les bio industriels contre lesquels nous nous battons, commercialement s'entends, du moins pour l'instant car In Fine, lorsque nos produits ne se vendront plus parce que nous refusons à pratiquer ce genre de conduite agricole, et qu'en conséquence, nos légumes sont plus chers, cette guerre prendra fin et nous serons morts.

Non, pas d'inquiétude, le Localbiobag (le chaînon entre la ferme et le consommateur, l'unique intermédiaire, circuit court ) est associé une ferme qui pratique la biodynamie, justement à cause de ce genre de dérive du bio.
En ce qui nous concerne, il est vain de vouloir reproduire le shema de production actuel en changeant juste les intrants, si c'est pour reproduire les mêmes résultats : des légumes hybrides dénaturés qui n'ont aucun gout, des pratiques industriels incompatible avec un environnement durable, des circuits longs polluants, le non respect du travail agricole etc..etc..car voila ce qui arrive.

bioespagne.jpg

"Des fruits & légumes Bio chez Carrefour España !

J’ai acheté deux laitues « bio ». Même emballage, même origine, mais étiquette différente. Quand même !

L’origine ? Ici, bio ou pas, tout vient d’Almeria : agriculture hors-sol, hors saison. Hors raison. Agrobusiness sous plastique destiné à l’export international mais dont nous, locaux, on profite obligés !

J’ouvre mes laitues : pas mal de terre et… une limace endormie. Sans doute gavée par les biocides !
Putain, mais « ils » ont mis de la terre, les feuilles sont dégueulasses, pour la première fois depuis longtemps « il faut laver la laitue » ! Je rêve, est-ce un retour au potager de mes grands-parents… ?
Certainement pas car cette terre est mortelle et farcie de molécules chimiques. C’est la terre d’Almeria, tuée, achevée, synthétisée, empoisonnée par 50 ans d’agrochimie furieuse et incontrôlée.

Voilà, c’était du bio, un autre marché pour consommateurs lucides et sur le qui-vive !!

Entre l’immonde producteur fournisseur et le détaillant, il existe ainsi un atelier où des ouvriers sont employés à une tâche « bio » particulière : saupoudrer les légumes d’un peu de terre et ajouter 1 limace, 1 escargot ou 1 lombric, biodiversité moribonde qui garantit l’aspect bio !

C’est à cause de cette manipulation supplémentaire que c’est un peu plus cher ! Normal, faut pas se plaindre puisqu’on en a pour son argent ! T’as voulu du bio, t’en as !

Une enculade géante:"

le reste ici